Comment faire face aux escroqueries numériques ?

Les autorités publiques et les techniciens du numérique ont mis en place plusieurs plateformes de signalement avec la multiplication des cas de Spam, de phishing et des arnaques sur le net. Entre les messages publicitaires indésirables et les mails douteux, le gouvernement a décidé d’agir face à ce grand fléau.

 

Comment savoir que c’est une escroquerie électronique ?

En général, dans un cas d’escroquerie sur le net, le malfaiteur vous aborde sur votre messagerie électronique ou sur votre téléphone afin de vous appâter. Le fraudeur essaie alors de vous amadouer en vous promettant des sommes conséquentes. Certains proposent également des services d’intermédiaire pour vous amener à vous rediriger vers un site ou une prestation douteuse et fictive. D’autres vous demanderont même de récupérer un gain ou un héritage moyennant un service de transfert ou autres, payant. Leur but est de vous mettre en confiance pour qu’ensuite vous soyez tenté de leur communiquer vos coordonnées voire, leur envoyer des informations sensibles et même de l’argent. Le phishing est une forme d’escroquerie plus complexe. Le hacker ou phisher se fera passer pour un organisme connu. En utilisant le nom et le logo de l’institution, il vous enverra un courriel pour vous demander une mise à jour de vos informations sur le site de l’organisme qui lui, est une réplique parfaite de l’originale. En donnant vos informations, le phisher va les utiliser pour vous nuire.

Comment réagir face à ces cas de malversation ?

Si vous recevez un spam ou si le message que vous avez reçu ne vous inspire pas confiance, ne répondez pas. Signalez-le tout de suite à la plateforme « Signal Spam » et ne touchez pas aux pièces jointes. Les inscriptions sur ce type de plateforme sont gratuites. Une fois inscrit, ne manquez pas de télécharger une extension pour votre logiciel de messagerie puis faites le signalement en un seul clic. Votre signalement contribuera aux actions contre les spammeurs au niveau national. Sachez que chaque signalement sera transmis vers un service d’investigation de la CNIL. Ces signaux donneront ensuite une possibilité d’ouverture vers une enquête pénale sous l’autorité d’un procureur.

Que faire en cas de réception de SMS ou de MMS indésirable ?

Un dispositif d’alerte par SMS a été aussi mis à la disposition des consommateurs. En cas de SMS abusif, les utilisateurs sont priés de transférer le message vers un numéro vert. Une fois l’alerte déclenchée, vous recevrez un message demandant les coordonnées téléphoniques de l’expéditeur. Ces informations seront ensuite transmises à tous les opérateurs et donneront suite à une enquête. Tout comme le signalement par mail, le transfert du SMS ou du MMS non sollicité est gratuit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *